c J.-C Gawsewitch


Adaptation graphique du roman de Todd Strasser fondé sur une histoire vraie. Au lycée Palo Alto, en Californie, Benn Ross s'interroge avec ses élèves sur la facilité avec laquelle le peuple allemand a suivi Hitler et les nazis. L'enseignant décide de tenter une expérience, la vague. Il choisit sans le signifier à ses élèves d'appliquer certains principes du nazisme. Au fur et à mesure, les élèves se prennent au jeu. C'est un livre intéressant qui fait réfléchir sur la nature de l'être humain...

 

Emine


c Pocket jeunesse

En s'appuyantsur des faits réels, Todd Strasser reprend à son compte l'histoire d'une expérience pédagogique qui a eu lieu aux Etats Unis dans les années 1970. Le pragmatique professeur d'histoire Ben Ross aime illustrer ses cours à l'aide d'expérimentations et c'est ce qui fait sa réputation d'enseignant soigné et passionné. Ses élèves lui vouent un véritable culte et semblent particulièrement apprécier ce cours. Aussi lorsque Ben tente d'expliquer le rouages du mouvemnt nazi, il va jusqu'au bout et tente une démonstration radicale qui va plonger le lycée californien dans un effrayant totalitarisme. Les étudiants alors fascinés par tant de persuasion, se laissent ainsi vite attirerpar la facilité d'obéir à l'ordre établi par leur professeur. Aussi, ce dernier peut observer qu'ils sont prêts à tout pour protéger leur leader, leur parti "la vague" et ses slogans "la force par la discipline, la force par la communauté, la force par l'action" dans lesquels ils croient dure comme fer. Seule, Laurie, rédactrice du journal du lycée,  se rend compte du violent changement dan le comportement de ses camarades, ainsi que de celui de son copain face à elle. Elle va tenter, à l'aide de son équipe qui publie dans son journal des informations contre le nouveau mouvement qui prend une trop grande ampleur, et essaye de faire prendre conscience du danger d'une perte de libre arbitre...

Bien que le thème semble toujours d'actualité et que la part de réalité anecdotique le rendent fort intéressant, l'écriture du roman en elle-même n'a pas grand intérêt. De plus, son principal défaut est d'être très court : 200 pages environ, une grosse écriture et un large interligne! Pas de quoi contenter les lecteurs avides de questions et de curiosité. Le teps d'entrer dans le vif du sujet que le ton s'essouffle, et que la conclusion approche Le fil conducteur est simple, peut-être trop pour un sujet aussi grave? un tel évènement pose un nombre infini de questions sur la nature humaine et ses déviances, que le livre oublie facileemntderrière une morale un peu à l'eau de rose. cependant, l'histoire bien qu'effrayante reste attrayante, et même si l'on regrette les pages qui manquent pour prendre le temps d'apprécier vraiment chaque personnage, l'anecdote semble universelle et plus proche de nous qu'on ne le pense. En effet, la vague, est le récit d'une génération raconté à la suivante, sa mémoire, son histoire. Le parti porte alors bien son nom, synonyme à la fois d'ivresse et de riminiscence, qui capte l'attention de tous sans qu'ils comprennent pourquoi. Un livre qui en fin de compte fait son bout de chemin et se voit aujourd'hui adapté en bande dessinée ainsi qu'en film grâce à une portée universelle où la réelle connaissance de soi et d'autrui est mise en doute jusqu'à la fin.

 

Anaïs





Mardi 9 juin 2 09 /06 /Juin 10:07
- Publié dans : Regards croisés
Voir tous les commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés