Jessica

Publié le par Bib

En ce moment, je lis Neuromancien de William Gibson.

J’aime lire en dehors de chez moi, particulièrement au café, avec un bon petit espresso, mon carnet à dessin et mon diskman. Je peux passer des heures à lire, puis dessiner, puis écouter la musique, et recommencer (avec toutefois de petites collations de temps en temps !). Et je ne lis pratiquement jamais chez moi pour cause de chat dévoreur de livres…

Je me rappelle avec beaucoup d’émotion la lecture de mon premier roman au CP. Ma mère m’avait offert le premier roman qu’elle-même avait lu enfant : En famille d’Hector Malot.

 Mon premier souvenir marquant de lecture est une scène, située au début du roman, durant laquelle l’héroïne (je ne me souviens plus de son nom) s’organise une dinette solitaire au bord d’un étang. En matière de dinette, il s’agit plutôt de dîner, car comme Rémi dans Sans famille, elle est orpheline, et vit plus ou moins dehors. Donc, pour revenir à cette scène, j’ai le souvenir d’avoir goûté, pour la première fois, le son et l’évocation de mots… surtout le mot « cresson ». Je ne sais pas pourquoi, j’ai gardé cette image en tête : la petite fille étalant son maigre repas sur des feuilles de cresson. Je ne sais d’ailleurs toujours pas, quelques 23 ans après, à quoi ça ressemble, une feuille de cresson, mais cette image est restée gravée dans ma mémoire. J’ai toujours ce livre dans ma bibliothèque et je compte bien le donner à mon premier enfant, qui, je l’espère le donnera au deuxième, et je crois que je m’arrêterai là, donc… Aux générations futures.

Je n’ai pas de livre de chevet. Je relis très rarement un livre. Mais il faut dire que j’ai un mode de lecture assez spécial. Je lis et relis le même passage des dizaines de fois, jusqu’à ce que j’en aie extirpé tout ce que je pense devoir en sortir. Ensuite, je me lance dans la suite de l’histoire. Mais en fait, je fais souvent des allers-retours dans le livre : je lis-relis le passage en cours, mais j’avance simultanément ma lecture en diagonale, ne pouvant contenir mon impatience. Toutefois, je relis ensuite le texte avec ma patte personnelle déjà évoquée. Donc, non, je n’ai pas de livre de chevet, mais j’ai des livres qui me hantent, dont je connais certains passages quasiment par cœur.  Je raisonne moins en termes d’auteurs préférés que de livres préférés. Dans l’absolu, j’aimerais bien lire toute l’œuvre d’un auteur dont j’ai apprécié un livre. Mais, souvent, une lecture qui me marque m’épuise pour un certain temps, et je m’avère incapable de poursuivre sur ma lancée. 

Si j’ai un livre de chevet/un auteur préféré, ce sont Belle du seigneur et Albert Cohen. Il s’agit pour moi du plus beau et désabusé roman d’amour qui soit, doublé d’une critique sociale et politique de l’entre-deux-guerres décapante, et avec un style parlé chaotique comme je n’en avait jamais vu auparavant. Mais je suis passionnée de bandes dessinées, aussi bien la bande dessinée franco-belge (versant indépendante surtout ces temps-ci), que les comics (versant underground et littéraire) et les mangas (surtout les gekigas). figurent donc parmi mes auteurs préférés : 

 · pour la bande dessinée franco-belge : Enki Bilal (la trilogie Nikopol), Edgar P. Jacobs (Black et Mortimer, surtout L’énigme de l’Atlantide), Matt Konture (Les Kontures), Manu Larcenet (Le combat ordinaire), Jean-Claude Mézières (Valérian), Moebius (L’incal) / Giraud (Blueberry), Marjane Satrapi (Persépolis), Joann Sfar (Le chat du rabbin). 

 · les blogs dessinés français : Cha, Laurel, Goretta, J-Maïe, Melaka, Frantico surtout. 

·  pour les comics : Will Eisner (Big City), Art Spiegelmann (Maus), Craig Thompson (Blankets), Robert Crumb (j’ai peu lu de ses bandes dessinées, mais je suis fascinée par son univers). ·        pour les mangas : Keiji Nakazawa (Gen d’Hiroshima), Katsuhiro Otomo (Akira), Jiro Taniguchi (Quartier lointain), Hoshihiro Tatsumi (Les larmes de la bête), tout Osamu Tezuka, Hoshiharu Tsuge (L’homme sans talent).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article